Du point de vue historique, l?année 1948 represente, dans l?histoire de la Roumanie, l?imposition du monopole du parti unique (crée en février par l?absorption du PartiSocial-démocrate, sur le nom de ?Parti Ouvrier Roumain?, par le Parti Communiste de la Roumaine), la création de la police politique, d?apres le modele sovietique (la Direction Générale de la Sécurité de l?Etat, en ao?t), le monopole sur les moyens de communication de masse, les nationalisations etc. Dans ce proc?s, un role important a joue la subordination des cultes religieux, accuses d?individualisme bourgeois et de liaisons avec des pays étrangers, consid?res comme contestataires du régime politique monolithe institue apr?s 30 décembre 1947 par la proclamation de la République Populaire Roumaine. Cette subordination a été réalisée par une législation répressive generale, masquée par les previsions de la Constitution et des autres lois ordinaires par lesquelles on garantissait théoriquement toutes les libertés religieuses qui existaient au paravent. Mais ces prévisions legales sont restées théoriques: par la législation religieuse élaborée en 1948, les persécutions contre les croyants et contre les institutions religieuses ont pris des proportions de masse, matérialisées-en: abolissements des cultes religieux, confiscations des bons, arrestations, condamnations, emprisormernents etc., de mani?re qu'on peut parler, a justs titre, d'une vraie tragédie a laquelle ont été soumis les cultes religieux est partir de l?année 1948.