Mon cher confrére,

C?est avec la plus sincére expansion du coeur que je m?associe ? votre joie dans la victoire de la trés-noble Cause Roumaine et Transylvanie.

J?ai été l?ami de votre patrie dans la douleur ? un ami qui a tenté de se rendre humblement utile. Dans le triomphe, que vous dire ? Nous assistons ? des événements si merveileux que tout commentaire écrit en est presque banal. Ce qui est arivé, ce qu?on n?osait presque pas croire réalisable, est arrivé parce que acela devait ?tre, parce que l?Idée est de la plus forte des forces. L?epopée rapide de la Roumanie trahie, crucifiée et victorieuse et le troisiéme chant d?un po?me immortel dont les deux autres chants ont été composés par la Belgique et la Serbie. Quand des pays ont parcouru de tels cycles sans mourir, leur épreuve de grandes nations este vérifiée: une nation n?est grande ou petite que par coeur: l?Allemagne et l?Autriche-Hongrie sont maintenant abattues, mais au temps de leur plus orgueilleuse puissance elles ne furent jamais que de petites nations trés-peuplées. Les Roumains ont prouvé qu?ils étaient un grand peuple.

Nous sommes maintenant devant eux comme devant des fr?res magnifiques et nous attendrons leur Renaissance avec une foi joyeuse. In est écrit que l?enfantement des races libres se doit accomplir, comme celui des créateurs, dans les spasmes et dans le sang. Avec des vies sacrifiées se fait, dans l?infortune, le génie de l?humanité en marche. Adorons la loi cruelle et mystérieeuse qui, apr?s avoir frapée votre patrie, la bénit et la glorifie. Cette patrie fut h?ro?que, loyale, sans peur. Elle a aussi son roi ? chevalier ? une haute figure devant le jugement de l?Histoire. Elle a sa souveraine de courage et de charité. Elle a ses grands patriotes, ses po?tes et ses savants, ses artistes et ses penseurs. Son martyre s?est aggravé de tous raffinements. Judas l?a frappée dans le dos, les soudards ont joué aux dés sa sanglante tunique, elle a eu ses mains clonées, l?épine ? son front, elle a enduré, achevé et surmonté sa Passion ? et voici la Résurrection et la Vie, et le respect de l?Europe et du monde, et la place au soleil, et les fraternités, et tout l?Avenir.

C?est juste, c?est bien; cela se termine avec la beauté d?une tragédie classique. Ai-je ? dire qu?il n?est point un pays qui vibre, s?exalte, se sent pr?s de lâme roumaine en cette heure lumineuse, autant que France ? Nos élites savaient cela depuis toujours: maintenant l?univers entier le sait.

J?incline tr?s-bas ma conscience devant la grandeur méritée de votre patrie, soeur de la mienne ? et je me réjouis avec vous, et je vous serre les mains?

                                                                                                            Camille Manclair